OTELo Recrute | Contact |  
 
 

Unités de recherche

OTELo comprend quatre unités de recherche (CRPG, GeoRessources, LIEC, LSE) et une unité mixte de service (UMS 3562 OTELo).

 

 

CRPG : Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques

 

UMR 7358 CNRS-UL

Directeur : Raphaël PIK

Site web : www.crpg.cnrs-nancy.fr

 

 

Le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) porte son activité de recherche sur la compréhension du système Terre depuis la formation du système solaire jusqu’à son fonctionnement actuel. Les équipes de recherche rassemblent des géochimistes, des pétrologues et des géologues qui combinent leurs approches sur quatre thématiques scientifiques qui déterminent la vie du centre :

  • Cosmochimie et Terre primitive
  • Magmas et fluides profonds
  • Tectonique, érosion et évolution du relief
  • Cycles, atmosphères, climats

 

L’activité du CRPG est fortement marquée par l'instrumentation géochimique qui est au cœur de nombreux projets de recherches. À ces approches analytiques sont associées des démarches de modélisation et de simulation pétrologiques et physiques. Enfin, les chercheurs du CRPG sont largement impliqués dans des missions de terrain et d’échantillonnage menées sur quatre continents. Le CRPG met également en œuvre deux services nationaux d’analyse de l’INSU que sont : le Service d’Analyse des Roches et des Minéraux (SARM) et le Service National des Sondes Ioniques.

 

 

GeoRessources

 

 

UMR 7359 CNRS-UL-CREGU

Directeur : Jacques PIRONON

Directeurs-adjoints : Anne-Sylvie ANDRE-MAYER & Philippe DE DONATO

Site web : http://georessources.univ-lorraine.fr/

 

L’UMR 7359 GeoRessources regroupe la plupart des forces en Géologie appliquée de Nancy issues des sections 35, 36 et 60 de la CNU et des sections 18 et 30 du CNRS. GeoRessources est un laboratoire de l’Université de Lorraine, de l’INSU et du CREGU, avec un rattachement secondaire à l’INSIS. Les effectifs en personnel permanent dépassent la centaine (44 ITA/IATOS, 60 EC/C), pour un effectif total voisin de 180 personnes.

L’UMR GeoRessources se décline en 3 axes de recherche (Géomodèles, Matières Premières, GéoSystèmes). L’axe GéoModèles regroupe 2 équipes thématiques intitulées « Modèles Géologiques et Géochimiques » et « Hydrogéomécanique multi-échelles ». L’axe Matières Premières est composé de 3 équipes thématiques sur les « Ressources carbonées », les « Ressources minérales » et la « Valorisation des ressources et des résidus ». Enfin l’axe GéoSystèmes, relatif à l’usage anthropique des environnements géologiques, est décliné en 2 équipes thématiques sur les « Stockages géologiques et la géothermie» et sur les « Géomatériaux, Ouvrages et Risques ».

L’UMR GeoRessources est membre de l’OSU OTELo, de l’Institut Carnot ICEEL, du labex Ressources21 et de l’IEED GéoDénergies. Son personnel enseignant se compose de 20 enseignants-chercheurs de l’ENSG, 10 enseignants-chercheurs de l’EMN, 17 enseignants-chercheurs du Département Géosciences, 3 enseignants-chercheurs rattachés à 3 autres cursus.

L’UMR GeoRessources s’appuie sur deux centres de transfert, l’ASGA et le CREGU, qui facilitent les relations avec nos partenaires industriels. AREVA et TOTAL, actionnaires du CREGU, ont souhaité être associés à GéoRessources via la tutelle CREGU. D’autres industriels sont d’ores et déjà partenaires de GéoRessources par leur participation au consortium GOCAD et au projet STEVAL. Les EPIC (BRGM, INERIS, ANDRA, IFPen, IFREMER) ont souhaité développer des partenariats forts, Ainsi l’antenne Lorraine de l’INERIS est située sur le site de l’UMR GeoRessources à l’Ecole des Mines.

 

 

LIEC : Laboratoire Interdisciplinaire des Environnements Continentaux

 

 

UMR 7360 CNRS-UL

Directeur : Fabien THOMAS

Directrices-adjointes : Pascale BAUDA & Christian MUSTIN

Site web : http://liec.univ-lorraine.fr/

Créé au 1er janvier 2013, le LIEC concrétise la fusion des forces lorraines en écotoxicologie intégrative, biogéochimie des sols, et physicochimie environnementale, apportées respectivement par les trois laboratoires fondateurs : le LIEBE, le LIMOS et le LEM (pour partie). La recherche est dédiée à la compréhension et à la modélisation des écosystèmes continentaux fortement anthropisés, avec pour finalité leur gestion environnementale. Le projet scientifique est construit sur une vision élargie et interdisciplinaire des processus écologiques et biogéochimiques, comme résultantes macroscopiques des interactions biotiques-abiotiques variées entre des entités minérales, organiques et biologiques qui s'organisent depuis l’échelle colloïdale jusqu'à celle d’un bassin versant.Le projet scientifique est fondé sur cinq questions-projets stratégiques sur lesquelles chercheurs, enseignants-chercheurs et ingénieurs se répartissent :

1. Eco-dynamique et éco-toxicité des contaminants (EDEC)

2. Fonctionnement des écosystèmes perturbés (FEP)

3. Diversités et interactions biotiques et abiotiques (DIBA)

4. Théorie et modélisation intégrée des systèmes (TEMIS)

5. Caractérisation et remédiation des milieux anthropisés (CARMA)

 

 

LSE : Laboratoire Sols et Environnement

 

UMR 1120 INRA-UL

Directeur : Christophe SCHWARTZ

Site web : http://www.lse.inpl-nancy.fr/http://lse.univ-lorraine.fr/

 

Les recherches du LSE sont articulées autour de deux axes stratégiques : i) connaître et gérer les sols très anthropisés dominés par les matériaux technogéniques (e.g. Technosols) et ii) élaborer des procédés agronomiques pour la gestion des sols dégradés et pollués (e.g. Phytoremédiations). Ils s’inscrivent dans un contexte d’anthropisation dominante des sols marquée par l’introduction de matériaux technogéniques et la transformation brutale des milieux. L’anthropisation entraîne une perte des fonctions fondamentales des sols, notamment de support de végétation, par altération des propriétés physiques et chimiques et par la présence de polluants. L’unité est structurée en deux équipes : i) Fonctionnement et évolution des sols très anthropisés (Equipe TECHNOSOLS), dont les objectifs scientifiques sont de comprendre les mécanismes qui contrôlent les processus évolutifs, notamment ceux impliquant les matériaux technogéniques et de modéliser la pédogenèse, et les objectifs finalisés sont de contribuer à l’ingénierie écologique par le développement de procédés de construction de sols ; ii) Phytoremédiation des sols contaminés (Equipe PHYTOREMEDIATION), dont les objectifs scientifiques sont de modélisation des cultures de phytoremédiation, de caractériser les mécanismes qui régissent la biodisponibilité dans les sols et l’absorption racinaire par les plantes de phytoremédiation des polluants métalliques ou organiques et, au plan finalisé, de développer une agronomie pour la gestion des sols pollués et les procédés de phytomining (e.g. nickel).

 

 

Mise à jour : 02/04/2014